L’Horloge (Baudelaire)

Mise en musique du poème intitulé « L’Horloge », que Baudelaire publia dans L’artiste du 15 octobre 1860 et qui fut intégré dans la seconde édition des Fleurs du Mal (1861), sous le n°LXXXV.

Texte

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d’effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,

Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! « 

Musique

La partition est ici (sur quatre lignes : sopranes, mezzos, alti, barytons).
ATTENTION : pour le confort vocal des sopranes, la pièce a été descendue d’un ton. Ce qui donne cette partition – que nous suivrons.

Distribution (à compléter)

(lorsque la chanson passe à trois voix, mes.70-91, les chanteuses de la ligne 2 se répartissent sur les deux lignes limitrophes – ce qui est indiqué entre crochets)
  1. Arlette, Coralie, Marie-Hélène, Thérèse
  2. Agnès[3], BrigitteD[1], CatherineB[1], Marie-Françoise[3], Yvette[1]
  3. BrigitteB, Chantal, Christine, Dominique, Marie-Noëlle, Marthe
  4. Éric, François, Karine, Ludovic, Patrice, Philippe & Fils

Fichiers sonores

La voix désignée est jouée par un instrument qui ressort, les autres voix (flûtées) permettent d’entendre la globalité de la pièce et donc de situer sa propre voix dans l’ensemble…
Attention : ces fichiers débitent les notes avec une régularité qui efface toute souci d’interprétation (respiration entre les phrases, nuances dynamiques, etc.). Ils doivent donc être utilisés pour ce qu’ils sont : une aide à l’apprentissage « solfégique ». Par ailleurs ces fichiers ne sont pas exempts de quelques ratés (cf. le début !).

dans le ton original

un ton en dessous


Advertisements

3 commentaires on “L’Horloge (Baudelaire)”

  1. […] L’Horloge (Baudelaire) En l’ombre d’un buissonnet […]

  2. […] L’Horloge (Baudelaire) → […]

  3. […] Par petites touches, on démarre l’apprentissage de mon Baudelaire (L’horloge). […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s