Fête de la musique : demander le programme !

Nous arrivons début mai. Et en mai, fais ce qu’il te plaît, mais surtout prépare la fête de la musique !

Au programme :

  • au chapitre des nouveautés, Le Tourdion (fatalement en fin de programme ou bien en tout début puis en bis histoire d’encadrer notre prestation par du joyeux et du bout-en-train [?]) et Une jeune fillette en version allégée pour la circonstance : UneJeuneFillette.
  • au chapitre des reprises (mais toujours en amélioration 😉 ) : La la la je ne l’ose, Mille regrets, Mon cœur se recommande, Vous perdez temps.

Le déroulé du 19 juin pourrait être le suivant :

  1. Le Tourdion
  2. Mille regrets
  3. Mon cœur se recommande à vous
  4. La la la je ne l’ose
  5. Vous perdez temps
  6. Une jeune fillette
  7. BIS = ? Le Tourdion ?

Nous prendrons une ou deux pièces (joyeuses) de ce programme pour notre intervention du 25 juin… On en reparle.

Publicités

Mon coeur se recommande à vous

Poème

Mon coeur se recommande à vous,
Tout plein d’ennui et de martyre;
Au moins en dépit des jaloux
Faites qu’à Dieu vous puisse dire!
Ma bouche qui voulait sourire
Et conter propos gracieux
Ne fait maintenant que maudire
Ceux qui m’ont banni de vos yeux.

Musique

Mon coeur se recommande a vous

Voix par voix




Petite remarque musicologique

À bien observer cette pièce, il apparaît qu’elle n’est pas authentique (l’écriture n’est pas celle qu’on rencontre d’habitude chez le divin Orlande). C’est en fait un pastiche du XIX° dû au belge François-Joseph Fétis (1784-1871) semble-t-il, à moins que ce ne soit J.B.WECKERLIN(1821-1910) – on hésite encore… Mais bon ! Malgré les « fautes » d’écriture qu’un Théodore Dubois a dû condamner, cette chanson reste agréable à entendre et à chanter 😉 … Le texte, lui, est bien de Clément Marot (1496-1544), le seul authentiquement Renaissance.


Bonjour mon coeur

Texte

Bonjour mon coeur, bonjour ma douce vie.
Bonjour mon oeil, bonjour ma chère amie,
Hé ! bonjour ma toute belle,
Ma mignardise, bonjour,
Mes délices, mon amour,
Mon doux printemps, ma douce fleur nouvelle,
Mon doux plaisir, ma douce colombelle,
Mon passereau, ma gente tourterelle,
Bonjour, ma douce rebelle.

Hé ! faudra-t-il que quelqu’un me reproche
Que j’aie vers toi le coeur plus dur que roche
De t’avoir laissée, maîtresse,
Pour aller suivre le Roi,
Mendiant je ne sais quoi
Que le vulgaire appelle une largesse ?
Plutôt périsse honneur, court, et richesse,
Que pour les biens jamais je te relaisse,
Ma douce et belle déesse.

NOTE :
seule la première partie du poème de Ronsard est mise en musique par Lassus, semble-t-il (je ne suis pas aller voir les éditions d’époque), mais rien ne devrait empêcher a priori de caler le texte de la seconde partie sur la même musique… à vérifier 😉

Musique

lassus-bonjour mon coeur

Et avec une interprétation sympa :